Confession d’un anonyme : que dois-je faire avec tous les changements dans le monde des réfrigérants?

Publié le 19 octobre 2017

catégorie Confession anonyme

lettre-dun-anonyme-petites-entreprises-versus-grandes

Lettre anonyme – R22

Le monde des réfrigérants est en train de subir une transformation majeure. En effet, il a été décidé que le HCFC-R22, réfrigérant très largement utilisé, doit progressivement disparaître de la circulation. Nocif pour la couche d’ozone, de par sa constitution, il contribue très grandement au réchauffement climatique. Selon le Protocole de Montréal, ratifié en 1989, son utilisation doit progressivement s’arrêter avec la fin de la production et de la vente de nouveaux gaz R22 en 2020 et son interdiction définitive sous toutes ses formes à l’horizon 2030. Mais que faire lorsque nos équipements fonctionnent avec ce fluide?

Ce traité international place les utilisateurs dans la nécessité plus ou moins urgente de mettre aux normes les installations fonctionnant à l’air HCFC. Ces équipements représentent parfois de lourds investissements financiers. Se pose alors la question centrale : Quand et comment est-il le plus judicieux de se mettre aux normes?

Nous avons décidé de vous partager un témoignage qui reflète la réalité de cette réglementation.

**Début de la lettre**

Bonjour,

Je suis propriétaire d’un centre sportif et je me permets de vous adresser mes inquiétudes quant à la réglementation sur le R22. Mon complexe, de 11 000 pi2, se compose notamment d’une patinoire et d’une salle de sport qui m’ont demandé un investissement financier important, notamment pour la mise en place d’un système de climatisation et de réfrigération. En 2005, nous avions fait changer l’ensemble des machineries du bâtiment rendues obsolètes. Nos équipements fonctionnent avec le HCFC-R22 et ont une durée de vie approximative de 30 ans, ce qui nous amènerait normalement jusqu’en 2035. Pour le moment, nous n’avons que de très petites fuites de fluide, moins d‘un quart.

Selon la nouvelle réglementation, je ne vais pas avoir le choix d’apporter des modifications avant 2030, mais je m’interroge sur l’ampleur et les impacts de ces changements sur mon entreprise. Quelle solution choisir? Quelles sont les options possibles? Je me suis renseigné et, malgré l’arrêt de la production et la vente de nouveaux gaz R22, il existera encore la possibilité d’utiliser le R22 régénéré en cas de fuite. Je ne sais pas à quel point ce gaz est de bonne qualité. Mais je pourrais peut-être utiliser ce gaz jusqu’à la limite de 2030, qu’en pensez-vous?

Je vous remercie pour vos réponses.

*** Fin de la lettre ***

Les réponses de l’expert Mario Leclerc, chef de produit spécialisation chez Descair :

L’utilisation du R22 doit être retirée progressivement et le Protocole de Montréal étale la transformation sur plus de 20 ans afin de s’adapter à la multitude de cas qui sont touchés par ce changement. Dans la majorité d’entre eux, si les équipements en place sont fonctionnels et possèdent encore de belles années de vie devant eux, la recommandation principale sera de convertir les systèmes existants avec des réfrigérants de remplacement qui n’appauvrissent pas la couche d’ozone de type (HFC) ou (HFC/HFO). Il n’est pas nécessaire de remplacer la machinerie au complet, mais seulement le fluide et faire de petits ajustements de contrôle. Les fluides utilisés peuvent être le MO99 (R438A), R407A, R407C, etc. Des réfrigérants de remplacement existent aussi pour les systèmes noyés.

Même si ce changement peut paraître important, cela reste une transformation de petite envergure de quelques heures à quelques jours pour les systèmes importants, ou encore, s’il y a des fuites majeures. Il suffit de prévoir la récupération du R22 ainsi qu’une nouvelle huile, vérifier les fuites, recharger le système avec le nouveau fluide, ajuster certains contrôles et terminer par une phase de vérification générale. Il est aussi important de contrôler les soudures et de considérer le taux d’acidité de l’environnement où se situent les équipements. En effet, cela peut avoir un impact important sur les potentielles fuites et donc accentuer la nécessité de racheter du réfrigérant.

Enfin, sur la question du R22 recyclé, il peut être utilisé pour allonger la durée de vie de la machinerie existante, ce qui peut être intéressant pour les systèmes en fin de vie. Sa qualité reste très acceptable. Néanmoins, passé 2020, il est possible que nous soyons témoins de l’envolée de son coût dû à l’arrêt de la production du gaz original.

À noter que certains fluides de remplacement, comme le MO99, sont déjà moins chers que le R22. Il s’agit d’établir une juste synchronisation entre la mutation des équipements, l’investissement qui l’accompagne et les coûts d’entretien afin de déterminer à quel moment l’utilisation du R22 recyclé ne sera plus aussi avantageuse financièrement.

Cependant, il est difficile de se prononcer sans avoir pris le temps d’analyser en profondeur la problématique. Chaque cas est unique et varie en fonction de l’état actuel de la machinerie, de l’efficacité énergétique, des frais de modifications et d’entretien ainsi que de l’augmentation des coûts du R22.

Publié dans Confession anonyme

Autres articles

LS au 26e rang des 300 plus importantes PME du Québec

Publié le 1 novembre 2017

catégorie Distinction

Préposé(e) à l'entrepôt recherché(e)

Publié le 14 septembre 2017

catégorie Carrières

Le plus grand projet jamais réalisé chez LS

Publié le 11 septembre 2017

catégorie Réalisations